Publication

L’écologie ne peut passer que par la révolution !

Aujourd’hui, 70% de la pollution mondiale est produite par les 100 plus grandes entreprises. Ces entreprises, comme Vinci, Total, l’Oréal, sont bien souvent fusionnés avec l’État : elles ont le même personnel, leurs dirigeants deviennent ministres et cadres de la fonction publique, et inversement : beaucoup d’anciens ministres finissent dans les conseils d’administration de ces entreprises.

Ce ne sont pas les « citoyens » qui polluent, mais les entreprises. Elles décident ce qui est produit, pourquoi et comment, et fait tout pour faire du profit, quitte à jeter la moitié ou plus de la production (comme Amazon, qui a détruit en France plus de 3 millions de produits en 2018).

Il faut changer tout ça.

Il faut absolument renverser ce système ou l’État n’est que l’outil des grandes entreprises capitalistes pour encadrer le peuple. Les riches, les bourges, les patrons, les cadres et futurs cadres de la société, peuvent être tristes et inquiets quand ils pensent à la disparition des ours polaires ou à la montée des eaux. Mais ils ne changeront pas le monde.

Pour le changer, on ne peut s’appuyer que sur nous mêmes. Nous sommes celle et ceux qui avons intérêt au changement, qui aujourd’hui portons le gilet jaune, qui vivons dans les campagnes et les cités. Nous constitutions le prolétariat, c’est-à-dire toutes celles et ceux qui se font exploiter au quotidien pour enrichir ceux qui détruisent la planète.

L’écologie ne peut passer que par la révolution !